L’Europe

Du 5  au 14 août : France, Allemagne, Autriche, Hongrie, Roumanie, Bulgarie

10 thoughts on “L’Europe

  1. Enfin le départ, après 2 ans de préparatifs ! Pas de chance, la météo ce samedi est typiquement normande, c’est à dire pas adaptée du tout à la moto. Mais en fait nous avons réussi a passer entre les orages et arriver à notre 1ere étape en Alsace sans être mouillé. 9h de route, 700km, pour un début on commençait à avoir le fessier un peu endolori …
    Départ vers l’allemagne lundi matin à l’aube (enfin…)
    On a quitté la france ce matin, direction Allemagne. Route un peu pénible, en fait que de l’autoroute et comme c’est gratuit, c’est pas comme en france : tout le monde le prend. Avec en plus des travaux, ça rend la route un peu pénible. On l’a enfin quitté à la frontière Autrichienne. Première nuit en camping, avec de la montagne partout autour et la pluie et les orages qui vont avec ! Mais on a encore été chanceux, on est passé à travers. Un litre de bière ce soir dans un bon resto autrichien, je fais des efforts pour écrire ce commentaire au lieu de me couler dans ma tente….(Fussen passé vite fait, trop trop trop de monde labas !)

    Moins de chance aujourd’hui : pluie, froid, et en plus on j’ai perdu Nicolas sur la route… 1h30 pour se retrouver ! Au final, en plus sur des routes de montagne on a pas fait beaucoup de chemin …

  2. Départ pour une fois assez tôt (9h30) pour emprunbter une route qui continue à descendre vers la plaine. Recherche désespérement une boulangerie pour déjeuner, mais ça semble introuvable, on s’est contentés d’un café. Sur la route pause photo, Nico continue la route mais j’ai trainé trop longtemps et au carrefour au bout de la route après 20km personne ! On a utilisé notre méthode : on se fixe une ville sur la route et on dit qu’on se retrouve devant le panneau. Après 100km, on s’est retrouvé devant le fameux panneau aveec seulement 10 minutes d’attente. Direction la Hongrie, visite de Sopron prés de la frontière. Sur la route arrêt à Fertöd où on visite le palais Eztherazhy, puis direction Gyor où on décide de rechercher un camping. Nico repère un panneau qui nous entraine dans une zone plus ou moins industrielle assez mal famée, pas le moindre camping en vue même après des demandes aux passants. Second essai avec un camping indiqué par le GPS et on arrive à autre camping qui devait exister il y a 15 ans…. (photo). On songe à l’hôtel mais quand même dernière tentative avec une autre indication du GPS un peu plus loin : enfin un camping !!!


  3. Merci à vous tous ! Hier traversée de la Hongrie, on s’est même pas perdus! Départ du camping où nico a pris le café avec les français rencontrés la veille, vraiment des gens adorables avec qui on a discuté de pas mhttp://www.franceindemoto.fr/al de choses.

    Visite d’Esztergom , puis direction Budapest où on ne s’est pas arrêtes (on a visité lors d’autres voyages et il faut avancer). On a un peu tourné en rond car pour cause d’erreur de GPS. Puis direction plein est sur des routes toutes droites dans les grandes plaine de Hongrie.

    Vu l’heure (on a toujours pas décalés l’heure) à 20h il fait nuit. Donc pas de camping ce soir (toute façon yen avait pas!), on a trouvé un petit hôtel pas mal proche du centre (40€ pour deux). Douche, puis direction centre, en croisant au passage le patron de l’hôtel qui a payé un whisky à Nico. Pas trouvé trop de restos, ya surtout des bars, lais on a quand même bien dévoré. Retour à l’hôtel avec le ferme intention de se coucher tôt, cétait sans compter sur le boss de l »hôtel qui était arrivé aux 2/3 du litron de whisky avec sa copine et la fille de la réception. Il a versé direct un bol de whisky à Nico et m’a ouvert 2 bières (pourquoi d2??, qui font quand même 60cl chacune. Son anglais et son français baissait à vue d’oeil de qualité plus le temps avançait ce qui fait qu »on a pas tout capté à ce qu’il disais…. Nico a réussi à s’esquiver discrêtement en vidant cul sec son verre et en me disant d’un air moqueur que j’avais encore 1bière 1/2 à boire. Ne voulant passer pour mal élevé, je reste donc avec un vague doute… quand la porte de l’hôtel s’ouvre avec un gros balaize style videur de boite suivi par ce qui trés visiblement ressemblait à 3 filles habillées trés court qui ne venaient pas pour boire un coup !!!! Après une longue discutiopn où j’ai cru deviner qu’ils tentaient de refaire partir tout ce petit monde dans le calme (j’aurais pu faire une farce à Nico quand le boss disait « and your friend » en montrant la direction de notre chambre et en répondant « Yes » !) on s’est enfin retrouvé au calme pour finir nos verres.
    Résultat : réveil difficile !

  4. Merci Marc, Richard et Perrine pour vos commentaires ! Ca fait plaisir d’avoir des messages de normandie et d’alsace. On a passé la frontière roumaine ce midi. Petite route, petit poste frontière passage en 2 minutes.

    Vu l’heure tardive du départ on a visité la région des Maramures (le nord de la Roumanie) assez tard dans l’après midi. Coin trés rural et joli, avec une architecture tout en bois : les maisons, mais aussi de magnifiques monastères dont celui de Barsana :

    Routes en mauvais état, mais en moto on arrive à rouler à peu près toujours à notre vitesse de croisière (100/110). Les traversées de villages, tout en longueur qui s’étirent sur plusieurs kilomètres nous donnerai presque l’impression de voyager un siècle en arrière s »il n ‘y avait pas quelques voitures ..

  5. Pour commencer je voulais dire que ça fait toujours plaisir le soir de lire vos commentaires… En général on découvre quand on a un accès internet c’est à dire à l’hotel ou dans un bar.

    Deux jours sans mise à jour du blog car hier soir on a pris la Transfaragasan…
    !
    route de montagne, 70km de lacets digne des routes en Suisse évidemment sans aucun accès inrternet. Mais en commençant à monter vers 20h, on s’est retrouvés à la nuit à plus de 2000m et 10° sans un hotel ni camping à l’horizon. On a donc commencé par prendre des forces en achetant breitzeil, saucissons et fromages locaux vendus dans des cahutes sur le bord de la route.


    Ensuite on s’est dit que plus de 2h de route de montagne en pleine nuit ça serait pas top, donc recherche d’un emplacement à peu près horizontal pour planter nos tentes (pas facile dans la nuit, bien que la pleine lune était bien là….).

    En fait on a plutot bien dormi.
    Le lendemain redescente dans la vallée direction Bucarest.

    Tour le soir dans le centre ville hyper animé (style bar et boite de nuit dans les rues), tout ça par encore 28° à minuit (quand je pense qu’il vente et pleut en normandie)

    Pas facile de se coucher tôt….

  6. Visite de Bucarest sous une chaleur d’enfer, 35°, on cuit sous nos casques dans les bouchons !
    Quand même une photo de l’emblème de la ville, la palais de fou construit (et même pas fini) de Ceaucescu

    On quitte donc cette ville à l’ambiance folle dès le soir (et les roumaines toutes plus jolies les unes que les autres) pour se diriger vers la Bulgarie.
    Succession de villages s’allongeant le long de la route…

    Comme à chaque fois pour l’instant passage de la frontière trés rapide

    La température ne change pas avec les frontières et on arrive à Veliko Tarnovo vers 20h sous encore 33°. Ville bien agréable, calme (ormis les habituels excités du volant qui ne semblent pas payer les pneus) et à la citadelle magifique

    Quelques KMs avant d’arriver on a dégoté un camping assez improbable par sa position (500m de chemin de terre pour y arriver) que par son style et ses propriétaires, un peu hippies des années 70, un peu hard rock, et aidé par un costaud qui semble avoir été légionnaire dans ses jeunes années. Pas cher (5€, ça change des hôtels hors de prix de Bucarest) Très « roots », mais très sympa, tout à disposition, cuisine, boisson, internet, ordinateur…. sauf l’eau qui semblait disparue des tuyaux quand on est rentrés du resto à 23h avec le réve d’une bonne douche après avoir transpiré toute la journée.
    On a l’air con une fois déshabillé dans la salle de bain (assez « basique », voir photo) et qu’il ne tombe pas la moindre goutte d’eau ! Rhabillage, recherche du boss qui se coule dans un réduit à coté du puit où visiblement la pompe semble en rade…. après 1/2 heure de réparation, miracle, de l’eau ! Le bonheur de la douche …

    (désolé suis pas sur la photo)
    Bon au lit… (les moustiques attaquent)

  7. Il est 2h, j’ai passé pas mal de temps à retoucher vite fait avec les moyens du bord les photos postées qui ne me plaisaient pas trop, donc on va faire rapide.
    Départ du camping tard, sous un soleil de plomb, après avoir payé notre nuit au patron…

    Route vallonnée dans le centre de la Bulgarie vers Plovdiv.

    On passe par la petite ville de Trivna, arrivée peu encourageante mais une fois dans le centre historique… une photo résume mieux que tout :

    On reprend la route, et on est obligés de s’arrêter boire un coup tellement on a soif dans le village de Sipka. En repartant, je lève le nez et vois un clocher doré dans la colline. On va voir et tombe sur ça :

    Arrivée à Plovdiv où on trouve un petit hôtel très correct pour 22€. Comme d’hab, direction centre ville pour trouver un plat local à se mettre sous la dent…

  8. Midi, on quitte notre hôtel après un Coca pour se rafraichir…
    On avait garé les motos sur la terrasse selon les conseils des patrons, mais toutes les villes qu’on a pu voir semblent bien calmes, sans violence, sans dégradations…

    Au programme visite d’un monastère au sud de Plovdiv, puis on raccourci un peu la route prévue et on file direct vers la Turquie (on a déja fait presque 4000km)

  9. On va bientôt quitter l’Europe !
    Départ de Plovdiv pour aller visiter le monastère de Batchkovo, situé à 25km. Une cour, des bâtiments, des clochers….un monastère quoi ! Mais toujours des fresques très colorées comme dans tous les monastères orthodoxes :

    Retour sur Plovdiv pour prendre la route de la frontière turque. C’est assez curieux de constater que les vestiges de l’ancienne armée du régime communiste sont encore bien présents…


    Après 150km sous 37° arrivée à la frontière Turque passée en 1 heure (le douanier n’a pas scotché le badge sur la moto donc retour à la case départ pour Nico lors du dernier contrôle)

    La suite : LA TURQUIE

  10. Pingback: Le blog de notre voyage en moto jusqu’en Inde – sur la route… | 2014 : de la France jusqu'en Inde en moto

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>